Page d'Accueil
Contact Email:
conseil.ethique@hcuge.ch



      Recherche     
  Version imprimable
Le principe d'autonomie

Le concept d’autonomie

  • Vient de : « Autos » et « nomos »
    • Décider pour soi-même, libre « d’interférences contrôlantes » de la part des autres et de limitations qui empêchent les choix significatifs (par ex. le manque d’information)
    • Une personne autonome agit librement en accord ave les plans qu’elle se donne, un peu comme un gouvernement qui se donne ses lois
    • Une personne ayant une autonomie diminuée est sous l’influence d’une autre ou est incapable de délibérer ou d’agir selon ses désirs et ses plans.

  • Un acte autonome est :
    • Intentionnel
    • Effectué avec compréhension
    • Sans “influence contrôlante” qui déterminerait son action


Le principe de respect de l’autonomie

  • Respect des choix et des positions personnelles et des décisions qui en découlent.

  • Donne un poids aux opinions et aux choix de personnes autonomes tout en s’abstenant de faire obstacle à leurs actions à moins que, de façon évidente, ces actions causent préjudice aux autres.

  • Implique davantage la non-intrusion dans « les affaires d’un autre » (autonomie minimale), mais aussi certains obligations pour promouvoir les capacités d’autonomie de la personne.


Les règles qui en découlent :

  • Dire la vérité
  • Respect de la vie privée
  • Protéger la confidentialité des renseignements personnels
  • Obtenir le consentement libre et éclairé

Les transgressions de ces règles ne peuvent être arbitraires.
Elles nécessitent une justification: on peut par ex. ne pas demander un consentement à un patient incapable de discernement, ou rompre la confidentialité dans une circonstance prévue par la loi, comme par exemple l’obligation de déclarer certaines maladies contagieuses.

Retour à la liste des principes éthiques

Dernière modification le 07/11/2007